Scintillation, John Burnside

Tout d’abord, merci au site Livraddict et à la maison d’édition Points pour l’envoi rapide et soigné de Scintillation de John Burnside !

Quatrième de couverture de l’édition Points: Des adolescents disparaissent mais ici ça n’a aucune importance. Ici, c’est l’Intraville, lieu de pluie et de brouillard où les vapeurs toxiques des usines embrument les esprits et dégradent les corps. Malgré ce marasme, Leonard, 14 ans, a soif de vivre. Brillant et passionné, il dévore les livres, aime les filles et affectionne les virées entre amis. Dans les limbes, l’espoir scintille…

Mon avis (spoiler): J’ai choisi de ne pas résumer ce livre, car à vrai dire je ne saurais pas le faire sans avoir le sentiment d’omettre quelque chose de fondamental ou de passer à côté de la véritable histoire.
Je trouve que même le résumé de la maison d’édition Points ne correspond pas tout à fait au contenu du livre, notamment «  virées entre amis » puisqu’on va vite s’apercevoir que Léonard est un ado plus solitaire qu’autre chose… Son meilleur ami a disparu, et je suppose que ces «  virées entre amis » désignent Jimmy et sa bande, or ils sont loin d’être des amis…
Honnêtement, je m’étais donc faite une idée totalement différente de ce que j’ai lu. Je m’attendais un peu à un Silent Hill version ado rock (oui bon c’est cliché), et, au vu de l’histoire, à une enquête policière en parallèle de la vie de Léonard.
Au final, j’ai ressenti ça comme une réflexion sur la vie, la mort -dont il est beaucoup question-, la folie … Et sûrement beaucoup d’autres choses, je ressors de cette lecture avec pas mal de questions en tête, et l’impression de ne pas avoir tout saisi !

Enfin c’est complet et très bien écrit. Le style est poétique et parfois cru – particulièrement quand le « je » correspond au jeune narrateur Léonard.
Pour finir mon avis sur ‘l’ensemble du livre’, j’ai aimé sa construction, basée sur l’appréhension des personnages et l’alternance des deux narrateurs, rythmant ainsi le récit de manière fluide.

Pour ce qui est de l’histoire même, je la trouve elle aussi intéressante. Ce livre, en fait, est assez glauque, notamment par l’Intraville: lieu de désolation, les habitants dépérissant dans la maladie, la mort, la pourriture de l’ancienne usine, où même la nature est empoisonnée. Plongée onirique dans les méandres de l’esprit humain, esprit malsain, perdu, sombre.
On s’y sent oppressé. Quiconque a soif de vivre se retrouve anéanti dans la mort, dans la solitude, le sadisme. Il y a des scènes assez dures, comme la mort d’Andrew. Ce genre de dérapage peut tellement arrivé dans la vie réelle que c’en est troublant. Enfin bien sûr ça relève d’une violence quasi animale, une violence instinctive incontrôlable, donc ça n’arrive pas dans la vie de tous les jours hein. Mais on voit les limites de la conscience et de la folie, la résignation à la mort… C’est très bien écrit, décrit, et ça fait mal au coeur et aux tripes. D’autres passages m’ont touché mais j’vais pas non plus en dire trop ! ^^

J’avoue ne pas trop avoir compris le sens de la fin et de la machine, ni si le meurtrier que Morrison désigne (j’essaye de pas trop dévoiler l’histoire) est bien le bon. Je pense que si, mais rien n’est très clair. La machine existe t-elle réellement, où est-ce une hallucination à cause de la drogue ? Et dans ce cas, qu’a subit Léonard ? Qui est cet homme qui touche le visage d’Alice Morisson ?
Bref, que de questions, j’ai hâte de lire l’avis des autres lecteurs 🙂

Bon bien sûr peu de livres sont parfaits, c’est normal, et ici ma seule critique serait sur l’écriture trop mature de Léonard qui a 14/15 ans.

Comme toujours, il y aurait encore des choses à dire, mais je vous laisse découvrir le livre, que je vous conseille fortement !

N-B: Puisque j’adore les livres qui ont une ambiance particulière, et que c’est le cas ici, voici quelques musiques à écouter pendant sa lecture ^^
Spiders – System of a down
Death of It All – Rob Zombie
The Arcane Dominion – Eluveitie
Lily’s theme – Alexandre Desplat
Lovers End – The Birthday Massacre
( bon j’en ai encore pleins en réserve >< )

Publicités

Pourquoi Benerdji s’est-il suicidé ? Nazim Hikmet

Quatrième de couverture de l’édition Aden:
J’ai pris le train l’avion l’automobile
la plupart des hommes ne peuvent les prendre
je suis allé à l’opéra
la plupart des hommes ne peuvent y aller
ils n’ont même pas entendu parler d’opéra
mais depuis 1921 je ne suis pas allé moi à certains
endroits où vont la plupart des gens
à la mosquée à l’église au temple à la synagogue
chez le jeteur de sorts
mais il m’est arrivé de me faire lire le marc de café
ce que j’écris est imprimé en trente ou quarante langues
mes livres dans ma propre langue sont interdits dans
mon pays.

Mon avis:  Livre lu pour la fac. J’ai beaucoup aimé ! C’est assez dur à chroniquer car il est vraiment original, dans sa forme, le fond, des fois je me suis un peu perdue dans ‘qui raconte quoi’, m’enfin, dans l’ensemble, une bonne lecture, et j’ai hâte de l’étudier en cours !!
L’histoire se passe en Inde, principalement à Calcutta, et 
met en scène Benerdji, un jeune homme révolutionnaire qui va être accusé de traîtrise par ses camarades. Il va ensuite reprendre ses activités révolutionnaires contre l’impérialisme anglais puis sera enfermé en prison pendant 15 ans. À sa sortie, il sera plus fragile physiquement, car plus âgé .. enfin je n’en dis pas plus et vous invite à lire ce livre.
C’est une belle œuvre poétique dans laquelle la beauté du langage se mélange avec la violence des propos. Ce qui est étrange dans ce livre, enfin étrange… ce qui change de l’ordinaire on va dire, c’est toutes les apostrophes que l’auteur fait au lecteur, je veux dire ça arrive souvent, mais ici, de part le sujet, la franchise de Nazim, le fait qu’il soit lui-même dans l’histoire, tout ça fait que le lecteur se sent directement concerné.
C’est un livre court qui se lis très vite, et contrairement à d’autres qui ne m’ont pas touchés, la fin m’a rendue bien triste, l’émotion qui passe par l’écriture pour arriver au coeur du lecteur est bien maîtrisée.

En bref, l’année commence bien !

Des nouvelles du Finistère !

Haha :’) Bon c’est la rentrée, j’ai eu 20 ans, du coup plein de livres à vous présenter ( y a celui de Fitzgerald lu/chroniqué, ne pas faire attention, j’savais plus si je l’avais mis ^^)
      

Les livres de cours: (liste qui va s’allonger, mais y en a que j’ai déjà donc pas d’achats, alléluia)
Pourquoi Benerdji s’est-il suicidé ?, Nazim Hikmet
Requiem, Poème sans héros et autres poèmes, Anna Akhmatova
Paludes, André Gide

Les cadeaux
La souffrance et la joie de la lumière, Alex Webb (photos)
Magnum Magnum, édition de La Martinière (photos)
211 Idées pour devenir une fille brillante, Bunty Cutler
Le Royaume du Nord, Philip Pullman
La Tour des Anges, Philip Pullman
Le miroir d’Ambre, Philip Pullman
L’édition sans éditeurs, Schiffrin
Casanova et la femme sans visage, Olivier Barde-Cabuçon

Mes achats
L’horreur de Dunwich, Lovecraft
Le ravissement de Lol V. Stein, Duras

Que du bonheur !! 😀

Litté blabla

(Photo de moi, modèle Sophie)

Coucou !! Je passe un peu moins ici car il y a ma meilleure amie chez moi, juste petit article pour dire que je suis toujours vivante ^^
J’ai eu ma pré-rentrée mardi, et j’ai une bonne liste de livres à lire pour les cours.. & hier, j’ai quand même trouvée le moyen d’acheter un livre de Duras et un de Lovecraft xD !! Bref je les prendrais en photo ainsi qu’un livre offert par mon patron et je mettrais cet article à jour 😉

Des bisous !

Jean Teulé

Aujourd’hui était le jour de la dédicace de Jean Teulé dans le tabac-presse-librairie où je travaille (jusqu’à ce soir !), à St-Cast (22) et j’en ai profité pour lui poser la question qui me taraudait depuis la lecture du Magasin des Suicides: pourquoi cette fin ?

Spoiler: C’est pour montrer qu’il n’y a parfois aucun signe indicateur quant au suicide d’un ami, d’un voisin, d’un membre de la famille… Sans lettres, sans mots pour expliquer ce ‘geste’, l’incompréhension. Cette phrase finale « Il ouvre sa main! » qui dérange, m’a t-il précisé, ne plaisait pas vraiment à son éditeur. Dans différentes adaptations, elle n’est d’ailleurs pas toujours retenue -alors qu’elle est au finale très importante !
En tout cas, cela correspond bien au message qu’il a voulu faire passer, puisqu’après avoir refermé ce livre j’étais perplexe; un sentiment que l’on peut retrouver face au suicide -l’incompréhension, la culpabilité aussi de n’avoir peut-être ‘rien vu’…

Voilà voilà ! En tout cas il est très sympathique ^^

Swap Tim Burton :)

Bonsoir à tous !

J’organise mon premier Swap sur Livraddict, sur l’univers de Tim Burton ! Je flânais à la recherche de petits objets Tim Burton pour ma soeur qui, comme moi, est une grande fan de ses films, quand je me suis dis: pourquoi pas un swap Tim Burton ? Moutmoutyoda m’a donné son autorisation pour faire cette seconde édition 🙂

Tim Burton est, entre autre, le réalisateur/producteur de Mars Attacks, Beetlejuice, Charlie et la chocolaterie, Sleepy Hollow, Edward aux mains d’argent, L’étrange noël de Mr Jack.. Bref, beaucoup de grand succès qui ont rythmés mon enfance et mon adolescence !

Ce Swap est ouvert à l’étranger, selon binôme !

Le colis sera composé de:
– 1 livre de la wishlist de votre binôme
– 1 livre de Tim Burton (enfin il n’y en a que deux je crois..) ou sur l’un de ses films, son univers.. enfin tout ce qui peut se rapporter à lui !
– 1 dvd de l’un de ses films
– Quelques goodies (produits dérivés) selon votre budget !
– Une ou plusieurs gourmandises
– Une ou plusieurs boissons
( en rapport avec les films de Tim Burton si vous pouvez ^^)
– Une carte, un petit mot Tim Burtonesque bien sûr !
– Un ou plusieurs MP sur cet univers (ou qui s’en rapproche ! )

Donc voila, je ferais sur cet article le récapitulatif des participant(e)s et des colis ^^ Je suis en binôme avec Malvina75 🙂

Participant(e)s:
Malvina75 (ok) – Moi (ok)
PrincSlili (ok) – Leloirestef (ok)
Lolly – Malvina75
TetedeLitote – BooksFever
Looleenette  – Missjazz (ok) – attente confirmation
(((Darkmandine)))
Aranae (ok)-
Ade2310 ?-
Podkaine fille de mars ?-
Cheyenne ? –

Fahrenheit 451, Ray Bradbury

Résume de Livraddict: 451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume.
Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable.
Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.

Mon avis: J’ai lu ce livre une semaine avant la création de ce blog, il y a bientôt deux mois. Je l’ai donc encore un peu en tête. Ce roman, qu’un ami m’avait prêté, m’a beaucoup plu. Je ne dirais pas que c’est un coup de coeur, mais j’ai apprécié l’histoire et la manière dont la société est décrite. Je n’ose même pas imaginer ce que serait le monde si cela arrivait un jour: l’interdiction de lire, de se cultiver, de penser ?. Les livres, les maisons et parfois même les lecteurs sont brûlés lorsqu’ils sont dénoncés. D’ailleurs, tout le monde se dénonce, peu importe que ce soit la femme, le mari, les enfants, le voisin.. ça rend un peu paranoïaque !

La prise de conscience du personnage principal est le point central du roman, vu que c’est son parcours, ses mensonges et son honnêteté que l’on va suivre, pour ensuite être en haleine avec lui lors de sa fuite. D’ailleurs, le fait de tuer quelqu’un d’autre pour ‘rassurer’ le public montre bien que ce n’est pas toujours la justice qui passe avant tout, que ce soit dans ce genre de cas ou dans la corruption…. Imaginaire, vraiment ?

Pour palier l’absence de littérature, donc l’ennui, les gens conduisent à une vitesse affolante, à la recherche de sensations fortes, et les personnages de séries télés sont directement dans le salon, en 3D?. J’ai trouvé ces petits détails -ou pas si petits que ça- intéressants.

Enfin, j’ai aimé l’ambiance apocalyptique culturelle qui règne dans ce livre, ambiance que je retrouve dans ma lecture actuelle: 1984 de George Orwell, dont je vous parlerais bientôt.

Pour résumé, c’est une bonne lecture que je conseille à tout ceux qui aiment la dystopie. -enfin je ne connais pas grand chose à ce genre là, mais je crois que ça en fait partie :’D-